À l’ombre des cocotiers!

J’ai participé récemment à une assemblée de consultation publique portant sur la future école primaire de Val-David qui doit être construite à la place de la mairie actuelle. 

Regroupés par tables, nous devions répondre à des questions qui touchaient la nouvelle école. À titre d’exemple, on nous a demandé : Quels sont les aménagements et les valeurs qui vont favoriser la relation avec la nature dans notre école? Après discussion autour de la table, chacun inscrivait ses trois choix de réponses sur de petites feuilles auto-collantes qu’il devait placer sur un tableau où les idées étaient regroupées par thèmes. Enfin, on votait pour les trois meilleurs choix qui étaient ensuite lus devant toute l’assemblée. Les suggestions allaient de la construction de sentiers plus nombreux dans le parc à la transmission de valeurs agricoles. 

C’est ainsi qu’à la toute dernière question, on nous demandait d’écrire cinq mots qui résumeraient une école à notre image. 

Au cours de la discussion, je me suis intéressé au mot sécurité ce qui m’a inévitablement porté à réfléchir à la question du transport. Une jeune mère de famille très allumée s’est aussi intéressée à la question. De grâce, prenez en considération le fait que nous n’avions que quelques minutes pour réfléchir et apporter des solutions. 

Voici les principaux points qui sont sortis : 

1. Principal obstacle à la sécurité des élèves : les écoles sont construites en bordure de la principale artère du village où circulent des véhicules privés et commerciaux 

2. Tous ces véhicules occasionnent des bruits de circulation nuisant à l’apprentissage des élèves et au travail des professeurs 

3. Circulation dense aux heures d’arrivée et de départ des élèves 

4. Nécessité d’interrompre la circulation aux heures de pointe, sur la principale artère du village 

5. De plus, les poids lourds qui affrontent la côte de la mairie en hiver doivent parfois faire face à des difficultés importantes : dont les plus importantes sont les patinages et les dérapages. 

Par la suite, nous avons tenté de trouver des solutions pour contrer ces problèmes. Nous vous les soumettons sans détour, à vous de juger de leur valeur. 

• Maintien du débarcadère actuel du pavillon Saint-Jean-Baptiste et ajout de débarcadères sur la rue de la Sapinière le long du parc linéaire, avec trottoir menant à l’école par les rues Léo-Piché et Ouimet. 

• Pour contrer le problème du transport entre les écoles, construction d’un tunnel sous la rue de l’église entre les rues de la Sapinière et Beaumont 

• Fermeture permanente de la rue de l’Église entre les deux écoles jusqu’à la rencontre des rues Monty et Lavoie près du magasin BMR 

• Détournement de la circulation vers les rues Lavoie et Monty qui deviennent toutes deux à sens unique. 

Le dossier du transport est crucial. Au camionnage commercial et aux véhicules particuliers viendront s’ajouter les autobus scolaires qui convergeront chaque jour de Sainte-Agathe, Sainte-Lucie, Val-Morin et Val-David vers le site des deux écoles – voir l’illustration.  

Comment voyez-vous cette situation? Faites-nous part de vos commentaires et de vos solutions? 

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.