Comment devient-on résilient?

La résilience en psychologie est cette capacité humaine qui permet de retomber sur ses pieds à la suite de difficultés importantes ou de drames venus bouleverser notre vie.

Le terme est passé dans le vocabulaire courant et plusieurs d’entre nous évoquent avec fierté le fait d’avoir surmonté leurs problèmes avec résilience. Cependant, ceux qui ont du mal à se relever risquent de développer une piètre opinion d’eux-mêmes, comme si c’était une forme d’échec.   

On le voit avec la pandémie. Certaines personnes s’en sortent haut la main alors que d’autres luttent d’arrache-pied pour conserver leur santé mentale. Comment cela se fait-il?

Une caractéristique individuelle

À l’époque, on croyait que la résilience était une caractéristique individuelle ou héréditaire : on l’a ou on ne l’a pas, disait-on.

C’est à la fin des années 1950 que le terme fut utilisé pour la première fois en psychologie par Emma Werner. Cette clinicienne mène alors une recherche sur 837 nouveau-nés de familles nouvellement immigrées dans l’île de Kauai de l’archipel d’Hawaï. Ces enfants cumulaient tous les risques possibles : abandon, carence affective, mauvaise santé, maltraitance, etc.   

30 ans plus tard, la chercheure va retrouver 200 d’entre eux. Parmi ceux-ci, 72 % avaient eu un développement catastrophique, mais 28 % avaient appris un métier, fondé une famille et ne manifestaient pas plus de troubles que la population en général.

Le concept de résilience venait d’apparaître en psychologie contemporaine et on lui attribuait une origine génétique.

La résilience : une spirale interactive

Petit à petit, à mesure que les chercheurs approfondissaient le phénomène de résilience et cherchaient à identifier les facteurs susceptibles de la favoriser, ils ont découvert qu’on ne pouvait pas considérer la résilience comme une simple caractéristique individuelle.

Si certains ont de meilleures capacités d’adaptation que d’autres, c’est la présence dans leur environnement de ce que Boris Cyrulnik appelle des « tuteurs de résilience » qui va faire en sorte que ces individus vont réussir à se développer relativement sainement.

Un membre de la famille, un enseignant, un entraîneur sportif, un patron peut jouer ce rôle. L’essentiel c’est que cette interaction donne au sujet le sentiment qu’il a de la valeur, qu’il peut s’en sortir, qu’il n’est pas seul.

La résilience et le temps qui passe

S’il est vrai que l’on a besoin des autres pour se relever après l’épreuve, force est de constater que peu importe notre point de départ, la plupart d’entre nous deviennent plus résilients avec le temps. Cela explique entre autres que le niveau de bonheur des individus s’accroît après 50 ans. On gagne en expérience, on choisit ses batailles, on accepte d’être imparfaits, on accepte la vie comme elle est, de sorte que l’on devient de plus en plus résilients.

La résilience : un phénomène social

On connaît tous des familles, des quartiers, des villages, des entreprises qui ont su s’entraider et se relever de drames divers : inondations, verglas, incendies, tremblements de terre. Cela a mené les chercheurs à élargir le concept de résilience aux groupes et aux sociétés dont les membres se mobilisent pour assurer la survie et le développement de leur milieu. Faire partie de ces groupes accroît la probabilité de faire preuve de résilience.

L’aide des gouvernements pour soutenir les individus et les entreprises en temps de pandémie fait partie des facteurs sociaux qui favorisent la résilience des citoyens. Les entreprises qui ont réorganisé leurs chaînes de montage afin de produire des biens utiles à lutter contre le covid-19 sont un exemple d’organisation résiliente.

Par ailleurs, le déclin de l’industrie automobile en Amérique du Nord au cours des années 1970-1980 est un exemple frappant d’absence de résilience. Malgré la montée des prix du pétrole, ses dirigeants se sont entêtés à produire encore et encore les grosses bagnoles qui avaient fait leur fierté à l’époque. Pendant ce temps, les entreprises japonaises se sont mises à concevoir des modèles de voitures plus compacts, plus économiques à conduire. On connaît la suite.

Aujourd’hui, la recherche s’efforce d’identifier les ressorts qui mènent les groupes à la résilience ou à leur déclin et s’intéresse à l’existence possible de mécanismes de résilience universels.

La résilience assistée : mieux vaut prévenir que guérir

Pourquoi ne pas faire de la prévention et apprendre aux individus les compétences dont ils ont besoin pour faire face aux difficultés auxquelles ils risquent d’être exposés? Le psychiatre et psychologue Serban Ionescu a consacré un ouvrage sur le thème de la résilience assistée.

Le meilleur exemple de résilience assistée se retrouve dans l’armée américaine. Depuis plus d’une quinzaine d’années, l’armée a confié à un groupe de psychologues spécialisés en psychologie positive la tâche d’offrir de la formation à la résilience à toutes les instances de l’organisation, les familles des soldats comprises.

Le but est simple et ambitieux : prévenir le syndrome de stress post-traumatique, accroître la capacité des soldats à rebondir plus facilement face à l’adversité et à développer une plus grande maturité psychologique. 

Le programme comporte 5 volets : 1) la santé affective et la gestion des émotions 2) la santé relationnelle, la résolution de conflits et le développement d’habiletés en communication, 3) la santé de la famille et l’art d’entretenir des liens à distance, 4) la santé spirituelle et la quête de sens et 5) finalement la croissance post-traumatique.

Nous laisserons à Marie Anaut le soin de raffiner la description du processus de résilience. « C’est un processus où interagissent les aptitudes individuelles – psychiques, cognitives, comportementales – et les compétences psychoaffectives de la famille auxquelles peuvent s’ajouter des ressources du milieu d’appartenance de l’individu ».

Heureusement pour nous tous, la résilience, ça s’apprend.

_________________________________________________________________________

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.