Éditorial juin 2020

La pandémie reliée au virus COVID-19 a fait en sorte que depuis mars dernier, tout le Québec s’est mis sur pause. Au début, c’était comme une période de vacances et nous étions tous heureux de nous retrouver en famille. Mais après un certain temps, nous avons réalisé que le manque de socialisation était bien difficile à vivre. Puis, avec le déconfinement progressif, nous avons dû faire preuve d’une grande discipline afin de ne pas anéantir tous les efforts que nous avons faits depuis le début de cette crise sanitaire.

J’ai cherché des côtés positifs à cette situation pour le moins invraisemblable et j’en ai trouvé quelques-uns. Pour l’environnement, ce fut un bienfait inespéré. Prenons tout d’abord le toit sur notre tête, oui ce ciel qu’on ne prenait plus le temps de saluer et d’apprécier. Ce ciel s’est éclairci par l’arrêt de la circulation aérienne, et le trou dans la couche d’ozone aurait même beaucoup rapetissé. Nos beaux cours d’eau se sont eux aussi sentis mieux par l’absence de tous ces gros bateaux de croisière. Et que dire de nos routes? Quelle joie nous disent-elles de ne plus être engorgées et de nous offrir une pause du parfum d’essence! Vous avez sûrement remarqué qu’il y a moins de bruit. Un calme apaisant dans cette tourmente.

Je crois aussi qu’il faut voir le décret gouvernemental nous obligeant à cesser nos activités habituelles comme un autre côté positif. En effet, plusieurs d’entre nous ont découvert la marche comme nouvelle activité et d’autres en ont augmenté la pratique. Nous nous sommes ainsi reconnectés avec la nature. Ici dans les Laurentides, nous avons la chance d’être à tous les jours près de la nature. Nous pouvons profiter de nos parcs, de notre forêt pour effectuer nos randonnées pédestres. Je nous trouve choyés, Laurentiens et Laurentiennes d’avoir accès à de vastes endroits naturels. Je crois que les grandes villes devraient revoir leur plan d’urbanisme pour y créer davantage d’espaces naturels.

Les grands événements, comme cette crise sanitaire planétaire, obligent à nous remettre en question et à revoir notre façon de faire et notre façon de vivre. Ce satané virus, COVID-19, nous a fait réaliser l’importance de notre planète, de notre nature.

J’espère vraiment que toute la population ainsi que les gouvernements auront tiré des leçons de cet événement. Nous avons déjà une bonne idée de ce que nous devons faire : travail à distance, achats et transactions bancaires en ligne, minimisation de nos déplacements ainsi que des vacances à l’étranger, etc. Il nous faut être persévérants et imaginatifs si on veut améliorer les choses. Tous et toutes doivent faire les efforts nécessaires pour améliorer notre passage sur terre. En cette période de déconfinement progressif, il serait approprié de réfléchir et de trouver comment nous pourrions faire mieux lors de la reprise de nos activités.

En ce sens, je vous invite à lire les articles de cette édition du journal. Ils nous ouvrent les yeux sur la belle richesse que sont nos parcs.

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.