Élections municipales 2021 et COVID

Au Québec, ce sont les citoyens de 1100 municipalités qui braveront les élections en mode COVID cette année. Comme à tous les quatre ans, les électeurs seront invités à voter, dimanche 7 novembre, afin de choisir leur maire et leurs conseillers municipaux.

« Il y aura bel et bien des élections municipales en novembre prochain », confirme le cabinet de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH).

On projette la mise en place d’aménagements afin de faciliter le vote des électeurs. On vise notamment à élargir les critères pour pouvoir voter par correspondance, à ajouter des journées de vote supplémentaires ainsi qu’à ajuster les conditions et les modalités des déclarations de candidature. Le vote par correspondance deviendrait accessible aux personnes les plus vulnérables à la COVID-19.

Report et projet de loi

Au moins deux municipalités du Québec ont demandé officiellement un report de ces élections au printemps 2022. Aussi, la plupart des municipalités considèrent plus difficile de faire campagne avec la COVID-19. La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, choisit d’adapter les règles pour assurer la tenue sécuritaire et intègre de la campagne électorale et du scrutin.

Le projet de loi 85 de la ministre Laforest, déposé le 10 février, visant à assouplir le déroulement de l’élection générale municipale du 7 novembre 2021, aurait pour effet de donner plus de latitude au directeur général des élections (DGEQ). En gros, l’objectif est d’établir des règles particulières pour cette élection générale, afin de respecter toutes les mesures sanitaires ainsi que les enjeux qui découlent de la pandémie.

Consultation et frais supplémentaires

Du côté de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), on aimerait que la loi 85 soit adoptée rapidement pour que les municipalités puissent se préparer. Mais avant tout, l’UMQ souhaite que le DGEQ consulte les associations municipales avant de détailler les nouvelles règles.

Par ailleurs, parce qu’on ne peut prévoir la réalité de la pandémie en novembre, la facture en lien avec les dépenses supplémentaires comme pour les envois postaux du vote par correspondance, les barrières de distanciation et le matériel pour voter qu’on devra désinfecter entre chaque électeur, est inconnue.

S’adapter aux régions

Quant à la Fédération québécoise des municipalités (FQM), on demande un assouplissement des règles édictées par le DGEQ. En effet, les réalités démographiques, matérielles et socioéconomiques de chaque région sont différentes et des règles générales ne seraient probablement pas adaptées.

_____________________________________________________________________________________________________________

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.