Fin de la tutelle à Chambly

Photo de couverture tirée de l’histoire et patrimoine de la Ville de Chambly

En février 2019 la Ville de Chambly a été placée sous tutelle alors que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) procédait à des perquisitions à l’hôtel de ville ainsi que dans deux autres édifices municipaux.

En effet, un décret gouvernemental avait assujetti la Ville de Chambly au contrôle de la Commission municipale du Québec (CMQ). Chambly a été au centre de nombreuses polémiques depuis les mois précédent sa tutelle.

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, indiquait à ce moment-là que la tutelle avait été décrétée à la suite de vérifications effectuées par la CMQ concernant la gestion de la Ville et les allégations sur des manquements en matière d’éthique et de déontologie.

À l’automne 2019, la ministre Laforest avait demandé à la CMQ d’examiner les agissements du maire Lavoie à la suite d’un reportage de l’émission Enquête. Radio-Canada avait diffusé des extraits d’enregistrement audios du maire Lavoie démontrant qu’il avait tenté d’utiliser ses fonctions pour faire congédier un entraîneur de soccer. M. Lavoie s’est aussi fait reprocher l’usage répété de poursuites contre des citoyens de sa municipalité pour des propos qu’il jugeait diffamatoires. Des employés ont également fait état d’un climat de travail tendu.1

Chambly retrouve son entière autonomie2

La Commission annonce aujourd’hui le 9 juin 2021, que la Ville de Chambly retrouvera tous ses pouvoirs décisionnels, et ce, à compter du 19 juin 2021.

En novembre 2019, Chambly retrouvait son autonomie décisionnelle sur les aspects relevant des responsabilités financières, budgétaires et administratives. La CMQ se réservait cependant certains pouvoirs en matière de gestion des ressources humaines pour une période d’accompagnement transitoire.

Dans le cadre d’une approche progressive, en février 2021, la CMQ avait redonné à la ville l’autonomie décisionnelle en matière de ressources humaines tout en préservant son pouvoir de désaveu concernant la nomination, la suspension et la destitution d’un officier ou d’un employé municipal, et ce, en vertu de l’article 57 de la Loi sur la Commission municipale.

« Je souhaite souligner la très bonne collaboration entre la Commission municipale et la Ville de Chambly, et ce, depuis 2019. J’adresse tous mes remerciements aux élus et aux employés de la ville. C’est grâce à leur implication que nous pouvons aujourd’hui nous retirer pleinement. »

Denis Michaud, vice-président, juge administratif et tuteur désigné à Chambly
Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.