Hausse de taxe totalement inacceptable!

LETTRE OUVERTE

à Kathy Poulin

De Marc Blais, citoyen de Val-David et payeur de taxes

Votre hausse de taxe est totalement inacceptable. À Laterrière (Saguenay), avec une hausse de 3,9 %, les citoyens ont envahi leur Hôtel de Ville. La mienne est de 6,26 % et plusieurs de mes concitoyens verront leur hausse s’élever à 7,23 %. Les plus chanceux n’auront que 4,6 % d’augmentation. Il n’y a qu’à Val-David qu’une hausse de 4,6 % soit associée au fait d’avoir de la chance.

Voilà 5 ans que vous participez au conseil municipal à titre de conseillère déléguée aux finances puis, à titre de mairesse. Vous avez eu amplement le temps et les occasions de voir la dette s’amplifier et atteindre des niveaux alarmants. Vous ne pouviez pas ne pas savoir, vous aviez accès à tous les chiffres. Pire, vous continuez à dépenser de façon outrancière sans tenir compte du fait que nous sommes déjà très endettés et que notre village ne compte que 2500 payeurs pour éponger la dette. Vous refusez d’écouter les demandes de vos concitoyens et vous refusez de comprendre comme si les problèmes que vous ne voulez pas entendre disparaissent comme par magie. Gérer une municipalité c’est gérer des problèmes et résoudre des problèmes ne se fait pas en bâillonnant les gens.

Au-delà de toutes les dépenses déraisonnables qui ont dilapidé les surplus de la municipalité, vous nous annoncez coup sur coup une hausse de taxe majeure et de nouveaux emprunts de l’ordre de 15 millions au cours des trois prochaines années. Vous arrive-t-il de vous soucier de l’impact que peuvent avoir de telles décisions sur le portefeuille des contribuables? Votre façon de gérer nos dépenses m’a été communiquée par un de vos collègues de l’époque Davidson.

Celui-ci m’a apostrophé le jour de la signature record du registre pour contrer le règlement d’emprunt parapluie de 750 000 $ tenu à l’hiver 2017. En proie à un vent de panique, il m’a confié à l’oreille que le conseil se foutait des signatures puisqu’il avait un plan B qui consistait à prendre l’argent dans les surplus budgétaires – le bas de laine de la municipalité. C’est, entre autres, ce plan B que nous payons aujourd’hui dans notre hausse de taxes.

Avec la liste des dépenses indécentes qui s’allonge, la dette qui grimpe en spirale, l’apathie des conseillers et le rapport sur l’état des finances et des effets de l’endettement sur la capacité de fonctionnement de la municipalité que vous refusez de rendre public, voici les questions que je me pose :

  1. Comment avez-vous pu regarder la situation s’enliser sans agir pendant tout ce temps?
  2. Je soutiens l’idée d’avoir une nouvelle école dans notre village. Mais s’il faut pour cela déplacer la mairie pour la reconstruire ailleurs, je suis contre. Les dépenses importantes associées à cette décision ne pourront être encourues sans une nouvelle augmentation de la dette. Pourtant, Val-David ne manque pas de terrains qui feraient l’affaire. Quant aux enfants qui auraient voulu avoir les deux écoles côte à côte, ne serait-ce pas l’occasion pour eux de participer au bien collectif et ne gagneraient-ils pas à être traités en personnes responsables et intelligentes?
  3. Faudra-t-il attendre d’être sous tutelle pour que notre situation revienne à la normale?
Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.

Laisser un commentaire