Histoire et séquelles des pensionnats autochtones du Canada : les élus municipaux appellent à l’action

SOURCE / Fédération canadiennes de municipalités

À la suite de la découverte tragique des dépouilles de 215 enfants sur l’ancien site du pensionnat autochtone de Kamloops, la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et le caucus des maires des grandes villes (CMGV) de la FCM ont réitéré l’urgence de mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

« Nous avons commencé la réunion du caucus des maires des grandes villes d’hier par une discussion sérieuse sur la terrible découverte dans le territoire de la Première Nation Tk’emlups te Secwépemc et à Kamloops, en Colombie-Britannique, a dit le président du CMGV et maire d’Edmonton, Don Iveson. C’est une réelle tragédie pour les familles qui ont été déchirées, et un rappel cinglant des séquelles honteuses laissées par les pensionnats autochtones du Canada. Les maires des grandes villes canadiennes reconnaissent le mal que cette triste découverte fait perdurer à travers les générations, au sein des communautés autochtones, inuites et métisses dans tout le pays. »

« Au nom des 2 000 municipalités membres de la FCM, nous présentons nos plus sincères condoléances aux familles et aux survivants des pensionnats en ce moment de deuil collectif, a ajouté le président de la FCM Garth Frizzell. La FCM a officiellement reconnu que les élus municipaux doivent donner suite aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Il est important de reconnaître que les Premières Nations, les Inuits et les Métis continuent, encore aujourd’hui, de souffrir des séquelles laissées par les pensionnats. Nous nous engageons aujourd’hui à intensifier nos efforts dans cette quête nécessaire. »

La FCM et le CMGV appuient les appels en faveur d’une journée de deuil national pour les enfants de l’ancien pensionnat autochtone de Kamloops, qui sont décédés dans la fleur de l’âge. La FCM et le caucus s’engagent à appuyer une initiative nationale visant à identifier, commémorer et protéger les sépultures des pensionnats autochtones partout au Canada. Cette initiative doit être dirigée par des Autochtones selon les rites appropriés. Le président Frizzell a reconnu que ce processus exigera du temps et la collaboration de tous les ordres de gouvernement. Il a réitéré que les élus municipaux sont déterminés à être des partenaires de premier plan dans ces efforts.

« En ce début du Mois national de l’histoire autochtone, les élus de tous les ordres de gouvernement du pays se doivent de reconnaître le traumatisme qui persiste des pensionnats autochtones, a ajouté le président Frizzell. Cette fois, nous ne pouvons pas nous contenter de réfléchir, le moment est venu d’agir concrètement. »

Renseignements : Relations avec les médias, FCM, (613) 907-6395, media@fcm.ca

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.