Jamais! Jamais! Je n’aurai vu autant de mauvaise foi de la part d’une élue! Jamais!

LETTRE OUVERTE / Par: Jacqueline Chalut et Richard Pilon

Madame la mairesse,

Ces derniers mois, je me suis intéressée particulièrement à la saga concernant La Sapinière. Je constate que la population n’a pas dit son dernier mot. La preuve. Les 18 mémoires qui vous ont été envoyés.

J’y ai constaté qu’il y avait beaucoup trop d’enjeux financiers, environnementaux pour que je n’intervienne pas.

Aussi, je tiens donc à vous faire part que je n’apprécie pas que les citoyens.nes, payeurs de taxes, ne soient plus invités dans ce dossier. C’est inacceptable et c’est un affront à la démocratie.

En 2018, dans l’Info du Nord, je vous ai vu photographiée avec la Ministre Boulet et Madame Beaudry. Vous prôniez le projet de Madame Beaudry. Puis, 2021. Coup de théâtre! Vous nous informez que vous gardez un droit de réserve sur le site de La Sapinière. C’est à n’y rien comprendre. Dans mon langage, j’appelle ça se faire tirer le tapis sous les pieds. Résultat. Une mise en demeure légitime de 5.4 millions de dollars de la part de Madame Beaudry.

Madame Poulin, en 2017, Madame Davidson a invité la population de Val David à une assemblée publique d’information au sujet des supposées retombées économiques du Marché Publique de 2,9 millions de dollars. Était présent, M. Généreux. Madame Séguin était dans la salle.

Après un certain moment, j’ai demandé à M. Généreux de me donner plus d’explications au sujet des retombées économiques. Tout ce que j’ai obtenu de sa réponse était incohérente. Voyant qu’il ne répondait pas adéquatement à ma question, Madame Davidson est intervenue. Sans succès. C’est à ce moment-là que Madame Séguin s’est levée de sa place et est venue au micro pour nous exposer une soi-disant étude sur les retombées économiques et essayer à son tour de me donner une réponse claire. Malheureusement, elle n’y est pas parvenue. C’est à ce moment-là que j’ai demandé à toutes ces personnes, si nous avions les moyens de nos ambitions? Madame Davidson a répondu: nous avons de l’argent !!! C’était pathétique!

En 2021, j’ai l’impression que l’histoire se répète avec le dossier de La Sapinière. Encore une fois!

En plus, il y a de plus en plus de gens qui vont chercher de l’aide alimentaire à Val-David.

Je suis inquiète pour l’avenir de Val-David. Beaucoup d’endettement à venir pour combien de payeurs de taxes à Val-David, Madame Poulin? Il va y avoir un après- pandémie. Déjà, les compagnies d’assurances, les matériaux de construction ont beaucoup augmenté etc. Il y a beaucoup d’emplois précaires. Les pertes d’emplois touchent particulièrement les 20-30.

Je suis portée à penser que le conseil à des idées de grandeurs. École, bibliothèque, nouvelle mairie. OUF! Je suis essoufflée! À mon avis, ça prend beaucoup plus de 2,600 de payeurs de taxes environ, pour l’avènement d’une école à La Sapinière.

Tout le monde ou presque est d’accord pour ériger une nouvelle école. Le problème, c’est la crédibilité du dossier. Il y a de l’incohérence et de la mauvaise foi, entre autres. Par exemple. Ne pas reconnaître qu’il y a 6 terrains qui semblent pouvoir recevoir l’école et qu’il faut faire évaluer par des experts. Ce qui nous permettrait de conserver ce joyau qu’est La Sapinière, reconnu aussi à l’international.

Je suis pour le progrès mais pas à n’importe quel prix. Je crois que la population de Val-David doit connaître l’enjeu de votre démarche.

C’est pourquoi, Madame la mairesse, je vous demande un référendum. Par respect pour vos citoyens et citoyennes!

Jacqueline Chalut

Richard Pilon

Citoyenne – Citoyen, de Val-David, payeurs de taxes

Note: LE ZigZag a pour mission, notamment, d’offrir une plateforme aux citoyens afin qu’ils s’expriment. Dans son segment «LETTRE OUVERTE», LE ZigZag se dégage entièrement du contenu envoyé par ses lecteurs, mais leur laisse démocratiquement la parole.

_______________________________________________________________________________________________________

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.