L’anglicisation de nos ondes

SOURCE / Par Jean-Marc Phaneuf pour L’AUT’ JOURNAL

C’est bien de resserrer la vis pour défendre notre langue, de finalement prévoir mettre en pratique pour l’an prochain l’article 1 de la loi 104 voté en 2002 après un laxisme de 20 ans, mais ne devrions-nous pas tout faire pour aider les jeunes qui nous succéderont à aimer leur langue?

Au quotidien, la culture musicale francophone a pratiquement disparu des ondes de nos propres radios aux heures de grande écoute. Sous l’égide de CRTC, les stations appliquent comme bon leur semble le règlement de 65 % franco.

Au Québec, la télévision d’état et privée laisse de plus en plus de place à la musique anglophone. Du jamais vue. Même les «commerciaux» utilisent des chansons anglaises pour vendre leurs produits. Radios, télés, et leurs plateformes numériques sont les principaux influenceurs et propagateurs de notre culture et de notre langue. Alors, qu’attend le gouvernement du Québec pour exiger d’eux qu’ils participent à l’effort du sauvetage de notre langue ?

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.