Le débarquement de Normandie 6 juin 1944

Tellement de sacrifices

Certains faits historiques marquants peuvent influencer les générations pendant des décennies. Le débarquement de Normandie fait partie de ceux-là. 150 000 soldats dont plus de 14 000 Canadiens ont pris part à l’opération Overlord, une vaste opération militaire aéroportée et navale d’une grande complexité doublée d’opérations de diversion pour faire croire aux Allemands que l’attaque se déroulerait non en Normandie, mais au Pas-de-Calais.

Les soldats alliés arrivaient en vagues successives du haut des airs ou sur les plages pour ouvrir une tête de pont alliée en France. Les troupes du débarquement, réparties sur plusieurs milliers de navires, franchissaient la Manche pour se lancer à l’assaut du Mur de l’Atlantique, une véritable forteresse où plusieurs d’entre eux ont trouvé la mort, dans ce qui demeure aujourd’hui le plus grand débarquement militaire de l’histoire.

Je suis fier de nos soldats et de leur contribution dans ce conflit. Au péril de leurs vies, ils ont apporté l’espoir et la liberté aux populations meurtries par le totalitarisme. C’est ainsi qu’on fête le débarquement de Normandie tous les 6 juin.

Au fil des ans, j’ai cumulé des milliers d’heures de lectures à me renseigner et à tenter de mieux comprendre ces événements pour leur donner un sens. J’ai constaté ainsi qu’on accorde beaucoup d’importance aux stratégies, aux armées en présence, aux généraux, aux armes, aux enjeux et aux pertes humaines tout en ignorant certains aspects intéressants et hautement révélateurs. Mais j’ai aussi découvert, au fil de mes lectures, que des soldats soviétiques sont tombés dans les steppes de Russie pour que réussisse le débarquement de Normandie. En effet, à Yalta en 1943, Staline annonçait qu’il allait déclencher une opération d’envergure pour venir en aide à ses alliés dans leur effort d’ouvrir un second front en Europe de l’Ouest. Cette entreprise militaire titanesque a été nommée Opération Bagration. Elle s’est déroulée sur un front de mille kilomètres où plus de deux millions de soldats soviétiques combattaient certes pour libérer leur pays, mais également pour empêcher Hitler et ses généraux de transférer des troupes pour combattre les alliés en Normandie. Le Général Eisenhower reconnut lui-même que cette opération avait été une condition sine qua non du succès de l’opération Overlord1.

Il est malheureux qu’on écarte les Russes de ces célébrations, ceux-là mêmes qui ont payé le plus lourd tribut dans ce conflit. En ce jour du 6 juin, je vous invite à avoir une bonne pensée pour tous les courageux soldats qui se sont battus sur tous les fronts pour éradiquer la bête nazie. Leur courage demeure un exemple pour nous tous.

Je vous invite à lire et à consulter :Le mythe de la bonne guerre – Pauwels, Jacques; éditions Aden; 2012

Mondialisation.ca, un centre de recherche sur la mondialisation de réputation internationale basé à Montréal.

____________________________________________________________________________

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.