L’eau jaune du district 4: imbuvable depuis des lustres

LETTRE OUVERTE /

L’auteure est chroniqueure régulière au journal LE ZigZag. Elle a siégé comme conseillère attachée au district 4 de 2013 à 2017. Elle réagit au communiqué paru dans «Voilà, le portail citoyen[i]» de la municipalité, le lundi 26 avril 2021. [NDLR].

Qu’est-ce que la proactivité?

C’est plus fort que moi, je me dois de réagir à cette prétendue proactivité que je qualifie de « pétage de bretelles »! Tous les moyens sont bons pour tenter de séduire les électeurs.

Coïncidence bizarre que l’on décide de passer à l’action quelques mois avant les élections municipales.

Conseillère municipale en même temps que madame Kathy Poulin, j’ai revendiqué à plusieurs reprises l’urgence de régler le problème dramatique de l’eau jaune du robinet qui était le lot de plusieurs résidents du district 4 dont j’étais la porte-parole.

Chaque fois, on m’a répondu qu’il n’y avait aucun problème à consommer cette eau qui, selon les autorités en place, était potable, même si elle avait un taux élevé de manganèse et de fer! Et on a le culot de parler de proactivité pour régler un problème qui dure depuis au moins dix ans!

Nous apprenons que les frais seront payés en totalité par le programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ) mis sur pied en juin 2014 dans le cadre d’une entente entre Québec et Ottawa. La Municipalité avait donc le pouvoir de régler ce problème depuis cette date. Si l’eau était prétendument potable, elle a tout de même été la cause du remplacement précoce de plusieurs réservoirs à eau chaude et de nombreux électroménagers, usés prématurément à cause de ce problème. 

Pourquoi avoir attendu si longtemps? La présente équipe est en place depuis novembre 2017. Et ce n’est qu’en 2019 que le conseil municipal a décidé de «prioriser la recherche de solutions aux épisodes jaunes dans certains secteurs du village.»

Malheureusement, quand on veut gagner sa prochaine élection, la fin justifie les moyens, même si ce sont les citoyens qui payent de leur poche les négligences de la mairie. Cette urgence aura nécessité presque une décennie de tergiversations de toutes sortes.

C’est ce que vous appelez de la proactivité?


[i] https://mon.accescite.net/78010/fr-ca/News/DisplayGeneralArticle/432

Note: LE ZigZag a pour mission, notamment, d’offrir une plateforme aux citoyens afin qu’ils s’expriment. Dans son segment «LETTRE OUVERTE», LE ZigZag se dégage entièrement du contenu envoyé par ses lecteurs, mais leur laisse démocratiquement la parole.

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.