Les quatre saisons de l’agroforesterie

Par: Jérémie Gagnon

Text Box

Numéro 1: Chronique environnement agriculture

Le printemps  

La préparation du jardin  

La préparation du jardin au printemps commence l’automne! 

Au printemps l’eau issue de la fonte des neiges s’écoule vers le bas du terrain et remplit la nappe phréatique d’eau fraîche. Ici dans les Laurentides, rares sont les terrains qui n’ont pas même une légère pente. Si notre sol est laissé à nu, l’eau printanière peut emporter tout le travail que l’on avait fait pour enrichir notre jardin l’année précédente.  

Regardez bien la photo ci-dessous. 

Un sol nu au printemps 

Cependant, si l’on prend soin de préparer son terrain pour qu’il affronte la fonte des neiges sans être dénaturé, le travail de mise en œuvre du jardin au printemps sera de beaucoup simplifié.  

Mais si à l’automne on tapisse le sol d’engrais vert, de feuilles et de mousse, on peut voir les bassins d’eau qui ralentissent l’eau de la fonte des neiges et qui permet le dépôt des sédiments entre les rangs. 

Voyez la deuxième photo ci-dessous. 

Sol prêt à affronter la fonte des neiges 

Ainsi, les particules fines gonflées de riches minéraux restent sur le jardin. La fonte des neiges est un processus fantastique qui permet un repos au sol, qui réduit les maladies et notre besoin d’arrosage, qui est un de nos plus gros défis.  

Donc, pour bien commencer le printemps, il faut finir l’automne en beauté. 

Mais le printemps est capricieux et vient au rendez-vous uniquement quand il est prêt, parfois très tôt parfois très tard comme c’est le cas cette année. Et, comme de surcroit nous vivons dans un climat froid, la saison de jardinage peut être courte. 

Les couches froides 

Pour donner un coup d’accélérateur à notre saison de jardinage, je vous recommande entre autres, les couches froides.  

Cette technique simple et ingénieuse nous vient de nos ancêtres. Il s’agit d’une boîte de bois sans fond et sans source de chaleur que l’on enterre presqu’entièrement. 

1- On pose sur le sol les pots de semis que l’on a pris soin de partir à l’intérieur;  

2- On recouvre la boîte d’une fenêtre; 

3- On place des petits bouts de bois entre la fenêtre et le caisson pour permettre une aération. S’il y a trop de chaleur, les plants pourraient cuire; 

4- Le soir, on referme la fenêtre. S’il y a un risque de gel, on peut recouvrir la couche froide d’une toile ou autre; 

5- On arrose pas. 

Un caisson de briques peut aussi être une bonne idée car la brique retient la chaleur. L’idéal est de construire notre couche froide à l’automne, mais, évidemment, rien n’empêche de le faire maintenant. 

Une couche froide ajoute 5 degrés et c’est un pare-froid au gel qui peut arriver n’importe quand et même jusqu’au 21 juin. Elle nous donne un bon coup de pouce en nous donnant une avance de quinze ou vingt jours. 

De plus, si vous placez vos semis sur des étagères éclairées par des lumières, vous pouvez aller chercher jusqu’à un mois d’avance. Mais attention à l’équilibre! Si on part trop de semis à l’intérieur sans avoir une couche froide, on peut se retrouver avec trop de semis si comme cette année, l’hiver n’en finit plus. 

La plantation 

On peut commencer en avril avec les vivaces qui sont résistants au froid, les fines herbes, les épinards, les kales, les betteraves, les oignons. Quant aux plants de tomates, vaut mieux d’attendre début mai et les partir à l’intérieur.  

Qu’est-ce qu’est l’agroforesterie? C’est l’agriculture regénératrice. 

C’est une ferme intégrée à un milieu forestier. Ainsi plusieurs associations se crées entre la forêt et la bordure des champs de la ferme. Les déchets de la forêt deviennent la nourriture des animaux qui y habitent et le pâturage et les champs et les animaux des pâturages et des champs peuvent fertiliser la nature. L’humain vit de façon agroforestière depuis 3 millions d’années. C’est simplement depuis 10 000 ans que l’on vit d’une agriculture totalitarienne. En fait l’agroforesterie c’est la plus grande période de l’identité de l’homosapien. C’est notre base, notre façon de vivre.  

C’est à cette façon de vivre que je m’associe. 

Bon printemps! 

Jérémie 

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.

Laisser un commentaire