Nos animaux nous font du bien!

Le Québec compte des millions d’animaux de compagnie présents dans plus d’un foyer sur deux. La plupart de ces animaux se révèlent généralement d’un très bon réconfort en temps normal, c’est-à-dire en période où il n’y a aucun confinement dû à la COVID-19.

Ça donne de la vie à la maison

Par ces temps de confinement, nos animaux de compagnie jouissent de la présence des humains toute la journée contrairement à l’habitude. Leur présence et la nôtre donne de la vie à la maison et ça fait du bien.

Pour les propriétaires de chiens, ceux-ci doivent sortir de chez eux pour les besoins, mais à proximité du domicile. Ça permet aux propriétaires de chiens de prendre l’air et peut-être rencontrer des voisins (on aurait dit ça pour les chiens en d’autres temps).

Pour ma part, en ce qui concerne nos animaux de compagnie, ma maison est composée de trois chats et cinq poules. Mes chats vivent en harmonie depuis plusieurs mois déjà même s’ils ont eu une période d’adaptation d’environ 8 mois. Pour mes poules, c’est un peu la même histoire. Ce sont des poules récupérées de batteries et d’autres données par des amies. Pour qu’elles vivent en harmonie, il y a toujours une période d’ajustement de quelques semaines.

Avec les belles journées plus chaudes, et avec le confinement, j’aime sortir et travailler sur mon terrain. J’en profite pour inviter tous mes animaux à se joindre à moi. Mes chats surveillent mes poules et tous mes faits et gestes pendant que mes poulettes apprécient des moments de pur bonheur. En effet, elles ne se lassent pas de me suivre et de fouiller dans le sol ou j’ai bougé la terre. Elles sont «mon équipe de soutien» dans le jardin, mais dans mon cœur aussi. Les gens qui se promènent sur ma rue, m’interpellent et me posent toutes sortes de questions : «Vendez-vous des œufs?»; «Les gardez-vous l’hiver?»; «Combien vous en avez?»; «Avez-vous un coq?»; etc. Bref, à cause de mes poules on se jase et on échange, ça fait du bien!

Autant mes chats me réconfortent au-delà de mes espérances dans la maison, autant mes poules m’accompagnent dans mes tâches extérieures. Ça fait du bien!

Mes animaux sont souvent d’humeur égale, ce qui est émotivement rassurant. Ils sont heureux de compter sur moi pour subvenir à leurs besoins (du moins c’est ce que je me fais accroire) de sorte qu’ils n’ont pas à se soucier d’être en mode de survie. Le mode de survie, c’est un peu ce que nous vivons tous ces temps-ci en période de COVID-19.

Aussi, mes animaux de compagnie exigent, sans le savoir, que je me penche sur leur bien-être. Ainsi, je ne suis pas toujours en train de penser à ma personne. Également, j’éprouve un sentiment d’obligation et d’accomplissement envers mes bêtes. Ça fait du bien!

Je ne suis pas psychologue, je suis technicienne en santé animale. J’ai toujours été portée par l’envie de prendre soin des animaux. Aujourd’hui, avec les mesures de confinement, je réalise combien nos petites bêtes nous extirpent de notre quotidien et de nos soucis. Ça fait du bien!

Les changements

Notre présence constante à la maison, imposée par le confinement, touche quelques animaux de compagnie. Certains, surtout les chiens, développeront une dépendance excessive à notre égard. Ou d’autres, comme le chiot ou le chaton, ne pourront être sociabilisés comme il se doit. Pour le chat adulte, une perturbation de la routine peut compliquer nos vies.

Pour plusieurs de nos animaux de compagnie, le confinement ressemble à une forme de bénédiction, avec un service de câlins 24 heures par jour, 7 jours par semaine, des promenades «En veux-tu en v’là» et une présence continuelle de leurs humains préférés.

Il est possible que nos chiens s’habituent à ce qu’on soit en tout temps avec eux. Lorsque le confinement sera terminé, pour eux, ce sera la fin du monde. Ils pourraient développer une anxiété de séparation dont les signes sont : comportement destructeur, hyper salivation et automutilation.

Pour éviter ça, il faut donc faire en sorte que notre chien puisse avoir des moments de solitude pendant le confinement, c’est-à-dire organiser des périodes d’absence progressive ou on laisse notre chien avec ses jouets garnis de nourriture, par exemple.

Ne pas oublier aussi de répondre aux besoins de nos animaux, sauf quand ils ont des mauvais comportements. Attention de ne pas stresser nos animaux et de ne pas trop les couver.

Rappel sur la COVID-19 et la transmission par nos animaux de compagnie

«À ce sujet, l’Association canadienne des médecins vétérinaires indique que ‘’bien que le virus semble provenir d’une source animale, il se propage maintenant d’une personne à l’autre. (…) Il n’y a pas de données, à ce jour, indiquant que les chiens et les chats peuvent … [transmettent la COVID-19 et] être infectés par[Celui-ci, à l’exception de très rares cas]’’»[i]

Stocks de nourriture pour nos animaux

Certains magasins d’aliments pour animaux sont encore ouverts avec des restrictions. On peut donc se procurer des croquettes, de la litière, de la moulée, des graines ou granulés même en période de confinement.

Quant aux soins vétérinaires, les cliniques sont ouvertes et offrent des services d’urgence. Informez-vous!


[i] https://www.lavoixdelest.ca/actualites/covid-19/animaux-domestiques-et-covid-19-comme-un-membre-de-la-famille-2857d2fe6c74a03278ef39d2b8a7892e

Lire aussi :

COVID-19: le zoo de Granby protège ses grands félins  

Un tigre d’un zoo de New York testé positif au coronavirus  

Un chat porteur du coronavirus en Belgique, cas rare  

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.