Bonjour madame!

Numéro 1 : Chronique santé

Par Dominique Biscotti, ND

«Je me marie dans un mois, il faut que je perde dix kilos! Donnez-moi ce qu’il faut!»

Comment, en quelques minutes, répondre à cette demande complètement déconnectée de la réalité. Ici, le naturopathe doit avoir la posture de la médecine allopathique; c’est-à-dire offrir une pilule miracle qui répond à tous les besoins du patient. Disons que cette approche est plutôt axée sur la performance que le système capitaliste nous impose. L’approche holistique est tout autre. Elle tend la main vers un cheminement de soi. Les troubles métaboliques sont liés au mode de vie. Pour retrouver l’homéostasie, des changements s’imposent. On ne s’en sort pas! Lorsque l’on s’inscrit à un événement comme une course à pied, disons un 10 km, il faut s’entraîner et les courir. Il en va de même pour sa santé! Je ne compte pas m’attarder sur les centimètres du tour de taille et le poids idéal, mais abrégeons et parlons plutôt de poids santé.  

Quand le pondéral devient problématique, il faut revoir son alimentation, ses habitudes de vie, ses activités physiques, son équilibre émotionnel, son stress ainsi que l’état du système nerveux, son attitude sociale, son hérédité et même sa santé mentale. Voilà tous les éléments qui attireront l’attention du naturopathe. Il y a plusieurs produits sur le marché, de nombreuses cures, régimes et approches! Comment s’y retrouver? 

Dans ma pratique, je traite rarement le symptôme, mais le terrain. Voilà pourquoi ce qui fonctionne pour ma tante ne fonctionne pas pour Lison! Prenons ma tante: elle a 60 ans, presque à la retraite, plus sédentaire et post-ménopausée. Vous comprendrez qu’à cet âge, le métabolisme est plus lent et que l’hérédité est à regarder. 

Lison, quant à elle, a 30 ans, son métabolisme est à son meilleur et son système hormonal à son pic! Son surpoids sera plus lié à ses habitudes de vie, son stress ainsi que l’équilibre de son système hormonal. À chaque condition de vie son approche. Comme vous pourrez le constater, ces deux cas évoluent dans des terrains différents et pourtant, ils ont le même problème de santé. 

Il faut dire aussi que l’apport calorique pour perdre du poids est inefficace. L’obésité est un problème hormonal de régulation du gras. Chaque individu semble avoir un baromètre héréditaire. Les glucides de mauvaises qualités ou raffinés, par exemple, sont à bannir du garde-manger. Les gras de qualités sont mieux utilisés énergétiquement que les glucides, le régime cétogène en est la preuve, mais ce n’est pas le sujet étudié ici. 

De plus, sucres raffinés, ajoutés dans les aliments transformés stimulent et contribuent aux déséquilibres hormonaux. En Occident, la résistance à l’insuline monte en flèche. Cette spirale alimente l’appétit et engendre une production excessive d’insuline. Il en résulte une prise de poids, communément appelé le syndrome métabolique. 

Je fais une petite parenthèse ici pour mentionner quelques points importants; 

Les protéines sont des matériaux (acides aminés), que l’on retrouve dans plusieurs sources alimentaires. Suivre un régime seulement basé sur les protéines a certes des avantages, mais ne suffit pas à l’équilibre métabolique. 

Peu importe le choix de protéine, la variété est plus que nécessaire. Il y a aussi des protéines dans les végétaux! 

Les sucres concentrés sont à éliminer. La consommation de fruits doux est à privilégier, les tropicaux contiennent beaucoup plus de sucre. 

Les végétaux en abondance, surtout les crucifères, et les plus riches en fibres. Les grains entiers sans trop de gluten sont des glucides lents grâce à leurs hautes teneurs en fibres! 

La culture et la provenance devraient être biologiques et équitables le plus possible. 

Pour un repos du tube digestif, le Dr Jason Fung, de son livre, Code Obésité, recommande le jeûne, surtout chez les personnes âgées ou en surpoids, ainsi que le jeûne intermittent. Après 24 heures de jeûne, l’organisme puise dans ses réserves de glucides, de gras et l’utilise pour les transformer en énergie! Nous voyons de plus en plus d’adeptes du 16/ 8 heures de jeûne, 16 heures sans manger et 8 heures pour se nourrir. Cette pratique peut très bien s’insérer quelques fois par semaine.  

Les collations sont à proscrire. Mettre en pratique les points soulevés ici peut vraiment faire une différence énergique autant sur le plan physique que cognitif du sujet. Les symptômes de fatigue en après-midi disparaîtront! Le tube digestif et le pancréas auront des temps de repos pour se régénérer! L’exercice modéré soutiendra les systèmes circulatoire, musculaire, osseux en santé. 

En conclusion, retrouver un poids santé n’est pas sorcier, bien s’informer et connaître son terrain aide à faire les bons choix. Un point important : nous retrouvons dans nos sociétés, de plus en plus d’obésité et ce, à un âge précoce! Les troubles métaboliques, d’embonpoints, de diabètes, de maladies cardiovasculaires sont directement liés à notre assiette!  

Bonne réflexion! 

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.

Laisser un commentaire