Pourquoi et pour qui l’asphaltage du P’tit train du Nord?

Photo de couverture, gracieuseté Bonjour Québec

LETTRE OUVERTE

Par: groupe de citoyen-ne-s de Val-David

«Madame la mairesse,

Membres du conseil de la Municipalité de Val-David,

Lors de la dernière assemblée du conseil municipal tenue le 14 juillet, vous avez constaté que plusieurs citoyens et citoyennes de Val-David ont manifesté leur profond désaccord quant au choix des membres du conseil d’entériner le projet d’asphaltage du Petit train du Nord, tel que décrété par la M.R.C. des Laurentides. Un projet d’une telle envergure aurait nécessité, au préalable, une consultation citoyenne qui n’a pas eu lieu, et vous le savez! Vous pouvez toujours invoquer les contraintes liées à la Covid-19 mais à défaut de pouvoir obtenir un consentement éclairé de nos citoyens, il aurait fallu vous abstenir d’endosser un tel projet. D’autant plus que vous n’aviez pas toute l’information pertinente concernant les aspects financiers, environnementaux liés à ce projet.

En tant que membres du comité pour la préservation de la piste cyclable dans son état actuel, nous vous demandons de répondre aux questions suivantes.

L’asphaltage, un choix économique?

Un des principaux arguments pour justifier l’asphaltage de cette piste est que cela entraînerait une réduction des coûts d’entretien en plus d’améliorer la qualité de sa surface. Quelles sont les études qui justifient ce choix? Quelles sont les véritables économies générées par ce choix de revêtement?  Si le choix d’enlever la poussière de roches comme revêtement est vraiment justifié, n’y a-t-il point d’autres solutions qui ont été proposées plutôt que l’asphaltage, qui génère pollution et source de multiplication d’îlots de chaleur en cette période de changements climatiques? Les études sur le sujet sont éloquentes!

L’asphaltage, un choix environnemental?

Madame la mairesse, les citoyennes et citoyens qui vous ont élue ont cru que vous étiez  préoccupée par la préservation de notre environnement, de notre milieu naturel. D’autant que, dans le mandat précédant votre élection à la mairie, vous étiez responsable du comité consultatif en environnement, si bien que cette préoccupation écologique constituait l’un des éléments clé de votre implication en politique municipale. Comment concilier ce choix pour l’asphaltage avec les préoccupations avouées de votre part pour l’environnement, pour la préservation de notre milieu? Quelles études précises justifient que l’asphaltage constitue le meilleur choix pour préserver l’environnement? Ces cours d’école désasphaltées, ces places publiques ramenées à leur état naturel ne seraient telles pas le signe d’une orientation  écologique tout à l’opposé de ce projet de la MRC.? Sur quelle base scientifique peut-on considérer que la poussière de roches constitue une source de contamination de nos rivières et cours d’eau? Ne peut-on pas penser que l’asphaltage aura pour effet d’augmenter la crue des eaux (par absence de percolation) lorsqu’il y a de fortes pluies, avec tous les impacts environnementaux qui s’ensuivent?

L’asphaltage, un choix à l’image de notre village?

Val-David constitue une référence autant dans les Laurentides comme à la grandeur du Québec pour sa qualité de vie. Ce corridor occupe un espace stratégique à l’intérieur de notre village, ce qui est unique dans l’ensemble des villages de la MRC des Laurentides. Ce qui explique le profond attachement des résidents envers ce lieu public. Croyez-vous vraiment que l’asphaltage de cette piste constitue la manifestation d’une volonté populaire? Ce corridor, qui est un lieu de détente, de loisirs, de rencontres sera-t-il sacrifié à la faveur d’objectifs de mobilité durable. Vous vous êtes présentée devant l’électorat en ayant à cœur de préserver le caractère particulier de Val-David, tout en cherchant à concilier son développement économique et culturel  et la préservation d’une saine qualité de vie? En optant pour ce choix d’asphaltage, ne reniez-vous pas vos idéaux en matière de développement social, et communautaire? Pensez-vous vraiment que ce choix d’asphaltage augmentera sérieusement le mieux-être de notre communauté? Qu’en est-il  de la sécurité des personnes, aînés comme enfants, suite à l’augmentation de la vitesse, la cohabitation d’usages multiples, (marcheurs, coureurs, cyclistes, véliplanchistes, patins à roues alignés, etc.). Sans compter l’accroissement probable d’accidents possibles? Ne croyez-vous pas qu’une telle fréquentation n’aura pas pour effet de miner la beauté naturelle  de notre milieu?

L’asphaltage, un choix communautaire, fruit d’une volonté commune?

Lors de la dernière élection, vous affirmiez haut et fort que la participation citoyenne, l’écoute de toutes et de tous, la préservation d’un milieu de vie équilibré et stimulant constituaient pour vous et les membres de votre équipe des incontournables. En avalisant ce choix de la MRC sans avoir fait tous vos devoirs, en concluant que l’on ne peut rien y faire, ne reniez-vous pas votre credo politique?

Madame Poulin, qu’attendez-vous pour proposer ce moratoire qui vous est demandé, ce qui constituerait un acte courageux et de bonne foi, à l’image de vos prétentions démocratiques. Votre mandat implique que vous avez des devoirs et des responsabilités envers vos concitoyens.

Chers membres du conseil, le temps presse, les charrues sont à nos portes et nous attendons réponse à ces questions.

Les membres du comité pour la protection de la piste du Petit train du Nord»

Signataires de cette lettre:

  • Denis Charlebois,
  • Nicole Davidson,
  • Bernard Derome,
  • René Derouin,
  • Mathieu Filiatrault,
  • Daniel Hogue,
  • Geneviève Langevin,
  • Normand Malette,
  • Isabelle Mougeot.
Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.

Laisser un commentaire