Réponse à Kathy Poulin sur sa publication qui a paru sur Facebook

LETTRE OUVERTE /

Publication de la mairesse

« Une pétition et un courriel1 circulent actuellement au sujet de la construction de l’école à la Sapinière. Il est tout à fait correct, légitime et souhaitable de défendre nos idées et nos opinions. Ce qui n’est pas correct, et même dangereux, c’est de dire n’importe quoi ou de ne pas valider les informations utilisées pour soutenir une pétition. Ainsi, par exemple, il n’est pas vrai que l’école pourrait être construite ailleurs à Val-David : c’est le seul terrain assez grand au cœur du village. Il est également faux de dire qu’un milieu humide sera remblayé. Et de laisser entendre que le chemin construit obligera d’asphalter une très grande partie du terrain. Tout comme c’est une erreur de prétendre que la construction de l’école occasionne « la destruction du plus important joyau de notre région ».Je comprends que certaines personnes soient préoccupées au sujet de ce projet. Il est vrai que l’information qui a été diffusée jusqu’à présent ne répond pas à toutes les interrogations. Voici toutefois le dernier communiqué au sujet de la consultation en cours : http://valdavid.com/…/val-david-consulte-ses-citoyens…/La présentation de ce matin sera également disponible sous peu et permettra de répondre à plusieurs questions. » Kathy Poulin mairesse de Val-David

Réponse de l’auteur de la pétition

Madame,

Vous nous dites, et je vous cite « qu’une pétition et un courriel circulent actuellement au sujet de la construction de l’école à la Sapinière. Il est tout à fait correct, légitime et souhaitable de défendre nos idées et nos opinions. Ce qui n’est pas correct, et même dangereux, c’est de dire n’importe quoi ou de ne pas valider les informations utilisées pour soutenir une pétition ».

Est-ce à moi que vous vous adressez? Prétendez-vous que j’ai dit des choses mensongères et que les terrains dont je parle n’existent pas?

Vous dites, et je vous cite à nouveau qu’« il n’est pas vrai que l’école pourrait être construite ailleurs à Val-David : c’est le seul terrain assez grand au cœur du village ».

Il faut se décider : au coeur du village ou ailleurs à Val-David? Premièrement, La Sapinière n’est pas au cœur du village, elle est à proximité du cœur du village. La nuance est importante.

Dans la même phrase, et selon vos habitudes, vous arrivez à dire une chose et son contraire. Vous affirmez que l’école ne pourrait être construite ailleurs à Val-David. Il est erroné d’affirmer de telles choses. Avez-vous fait vos devoirs? Moi j’ai trouvé cinq terrains conformes aux règlements.

Ainsi, selon quelle logique prétendez-vous que l’école ne pourrait être construite ailleurs à Val-David? On compte un nombre important de terrains qui correspondent à la superficie de 40 000 mètres carrés. Alors, pourquoi se limiter au cœur du village? Pour que les enfants qui y habitent soient à distance de marche de leur école? Et que faites-vous des autres enfants?

Je vous inviterais à regarder les choses d’un peu plus près. L’hôtel La Sapinière se trouve à environ 1 km de marche du cœur du village. Et, à 1 km du cœur du village sur le rang Doncaster, on trouve deux sites où les terrains, adossés au parc, possèdent la superficie adéquate. Si vous ajoutez 0,5 km, il se trouve un troisième terrain de plus de 40 000 mètres carrés à proximité duquel débute un parcours Trotibus qui se rend à l’école.

Puis, à 7 ou 8 minutes de vélo vers Sainte-Agathe, le long du parc linéaire, il se trouve d’autres terrains qui possèdent les dimensions réglementaires.

Alors, affirmez-vous toujours que… « Ce qui n’est pas correct, et même dangereux, c’est de dire n’importe quoi ou de ne pas valider les informations utilisées pour soutenir une pétition. »

Vous seriez gentille, madame Poulin, de me préciser à qui s’adressent ces paroles. Elles s’adressent à moi ou à vous?

Dans vos commentaires, vous faites mention « de remblayer un milieu humide ». Il n’y a aucune affirmation dans ce sens dans la pétition, tout comme celle de « lasphaltage d’une très grande partie du terrain ». Vous devriez relire la pétition pour être à jour dans vos informations.

Vous affirmez ensuite : […] c’est une erreur de prétendre que la construction de l’école occasionne « la destruction du plus important joyau de notre région ».

Que connaissez-vous des joyaux naturels de Val-David, madame Poulin? Que cela correspond à un endroit où on peut faire pousser des carottes et des tomates pour nourrir la communauté? Je vous parle d’un vaste espace humide à l’ombre du mont Césaire, où coule paisiblement, dans de grands méandres, le ruisseau Doncaster qui reçoit une branche provenant de l’ancien réservoir d’eau douce qui alimentait notre communauté. Je vous parle également des frayères qu’on y trouve ainsi que de toute une vie marine et terrestre qui s’ébat, de falaises de roc sculptées et lissées par les glaciers, d’une clairière, des bâtiments bientôt centenaires étalés entre lac et forêt s’étendant jusqu’aux parois d’escalade, d’un belvédère qui offre la plus belle vue sur notre village.

Je vous parle tout autant d’une communauté, aux prises avec la pauvreté des années trente, de l’avènement de La Sapinière qui demeure l’endroit où Val-David a refusé la misère portée par la grande dépression et creusé ses racines à quelques minutes de marche à peine du cœur du village. Je vous parle d’un chalet de bûcherons devenu le haut lieu de la gastronomie mondiale, et qui jouissait jusqu’à récemment d’une réputation internationale, qui allait revivre sous la guidance d’une femme de chez nous. Ce projet, madame, vous l’avez cautionné. Ne l’oubliez pas.

Et vous, madame, comment qualifieriez-vous ce monument reconnu partout au Québec?

Précisons une chose importante, madame Poulin. On peut relocaliser ailleurs un projet, un bâtiment, une école, une maison, un projet domiciliaire et bien d’autres choses encore. Mais on ne peut relocaliser un joyau naturel.

Je suis entièrement d’accord avec vous lorsque vous affirmez […] quil est légitime et souhaitable de défendre nos idées et nos opinions. Mais encore faut-il ne pas traiter les gens de menteurs quand ils le font et que les élus soient à l’écoute et prêts à obtempérer quand les citoyens expriment leurs désaccords.

Vous avez fait mention de la pétition que j’ai mise en ligne. Merci de vous en informer. En effet, ce matin, plusieurs centaines de personnes l’avaient déjà signée. Serez-vous prête à obtempérer, vous qui n’avez fait aucune consultation sérieuse, pour savoir si les citoyens sont d’accord avec votre projet de destruction de La Sapinière? Vous savez madame, les nouveaux arrivants, tout comme vous, qui s’emparent du contrôle de notre village, qui enterrent sa mémoire et qui mettent la hache dans nos souvenirs, pourraient s’informer de l’attachement des citoyens de longue date qui ont beaucoup à dire et qui ont beaucoup fait pour ce village. Car c’est une coupe à blanc dans la mémoire communautaire que vous nous proposez.

En terminant, les faits étant mis sur la table, je vous invite, ainsi que les conseillers et conseillères, à venir visiter avec moi les sites mentionnés plus haut, afin que vous puissiez juger par vous-même la véracité de mes propos et la beauté de certains sites. Et peut-être trouverez-vous un autre site pour l’école, ce qui permettrait la réalisation du projet de madame Beaudry. Pourquoi faire un choix quand on peut avoir les deux? Je vous téléphonerai cette semaine pour connaître vos intentions.

1 Le courriel

Voici le courriel dont Mme Poulin fait référence:

« Bonjour chères et chers ami.es,

Comme vous le savez la Municipalité de Val-David construira une nouvelle école. Cette nouvelle école peut être construite sur au moins 5 autres terrains que celui désigné comme étant le seul pouvant accueillir l’école. Le problème avec le terrain de La Sapinière, et surtout parce que c’est un cul-de-sac, c’est qu’on va asphalter une très grande partie du terrain, que l’on va devoir assécher des milieux humides (en espérant que le Ministère de l’environnement refuse cette option) pour construire l’école et faire le rond-point ainsi qu’élargir la route (on parle de 25 autobus matin et soir; les enseignants et professionnels en voiture; les parents qui viennent porter leurs enfants en voiture, etc.), et qu’ensuite on va clôturer le tout car au Québec nos écoles primaires sont clôturées.

Dans le projet de La Sapinière, la mairesse Kathy Poulin veut nous faire croire que le plan de construction de l’école primaire tant attendu ne peut se réaliser que par le morcellement et la destruction du plus important joyau de notre région.

On peut aussi laisser la propriétaire démarrer son centre de villégiature et faire l’école ailleurs.

Si tout cela vous interpelle, signez la pétition ci-dessous. » Martine Lavallée PDG du journal LE ZigZag

Réponse de l’auteure du courriel

Pour clarifier mes propos. Selon la carte présentée lors de la consultation publique du 23 janvier, la nouvelle école sera construite dans le secteur de l’ancien tire de balles de golf situé juste à côté d’un petit secteur humide. Il sera donc impératif de veiller à ce que cette zone humide n’entrave pas la structure de l’école.

Par ailleurs, aucun véhicule aux abords d’une école ne circule autrement que sur une surface asphaltée. Il serait impensable de croire que rien ne sera asphalté sur le secteur de La Sapinière.

Aussi, le chemin de La Sapinière étant trop étroit pour la rencontre de deux autobus, il n’est donc pas fou de penser qu’il faille élargir ce dernier.

Même si nous n’avons pas reçu toutes les réponses de la mairesse Kathy Poulin concernant les projections d’infrastructures autour de cette école primaire, je crois que les citoyens ne sont pas dupes et peuvent imaginer les bases ainsi que comprendre les enjeux que ceux-ci représenteront sur ce secteur.

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.