Trois fois plus d’incendies que la moyenne

Bilan du mois d’avril | Trois fois plus d’incendies que la moyenne en ce début de saison

SOURCE / sopfeu.qc.ca

Un printemps hâtif, une séquence de temps ensoleillé et des taux d’humidité très bas – particulièrement dans les deux premières semaines d’avril – ont favorisé l’éclosion d’un plus grand nombre de feux de végétation qu’à l’habitude en ce début de saison. Ainsi, pas moins de 112 incendies couvrant une superficie de 57,5 hectares ont été combattus par les pompiers de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) et les pompiers municipaux au cours du mois d’avril. La moyenne des dix dernières années se situe, quant à elle, à 39 incendies pour 23,1 hectares touchés par le feu.

Autre fait à souligner, la répartition géographique des feux s’avère particulièrement disséminée sur l’ensemble de la province, alors qu’habituellement les feux de printemps se concentrent davantage dans les régions du sud du Québec. Notons également que la totalité des incendies répertoriés a été causée par l’activité humaine.

Brûlage de rebuts

Notons que 42% des incendies survenus au cours de cette période ont été causés par la perte de contrôle d’un brûlage de rebuts ou de matières résiduelles faits par des résidents. La SOPFEU rappelle qu’au printemps, la verdure n’est pas encore présente. Les végétaux secs et les herbes mortes sont hautement inflammables. Il ne suffit que de quelques heures d’ensoleillement et d’un peu de vent pour assécher les broussailles et faire augmenter le danger d’incendie. Malheureusement, encore une fois cette année, force est de constater que de nombreux citoyens sous-estiment le risque associé au brûlage de rebuts. L’organisme de protection préconise le compostage, la collecte des résidus verts et le dépôt des matières résiduelles à l’écocentre.

En terminant, la SOPFEU invite la population à redoubler de vigilance. Elle rappelle que le printemps est une période très propice à l’éclosion de feux de végétation et que le mois de mai est l’un des mois où l’on répertorie le plus grand nombre d’incendies au cours de l’année.

______________________________________________________________________

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.