Un vent de panique a soufflé sur le conseil municipal de Val-David

LETTRE OUVERTE / Par: Jean-François Julien

Mes chers concitoyens, j’ai le regret de vous annoncer que nous venons tous de nous faire entuber par notre conseil municipal. 

Lors de l’assemblée du 9 février 2021, qui soit dit en passant, avait une mise en scène améliorée, probablement due à ma dernière remarque qui disait que Mme Poulin en menait un peu trop large lors des assemblées; on a même eu droit à une envolée oratoire de M. de Montigny qui ressemblait plus à un discours électoral qu’à autre chose; mais bon, ce n’est pas le point le plus important de mon intervention. 

J’avoue que le spectacle était plus soigné, mais sur le contenu, c’était d’une tristesse inouïe; ils ont poussé l’audace à ajouter séance tenante, un point à l’ordre du jour, ce point n’est rien de moins qu’une résolution pour l’expropriation d’une partie des terrains de la Sapinière pour l’implantation de l’école. 

C’est ce qui me fait dire qu’ils sont en mode panique; à la lecture des nombreux mémoires, on peut très bien constater que la situation n’est pas aussi simple qu’ils veulent bien nous le faire croire, beaucoup, mais beaucoup de questions demeurent sans réponses.

Moi, je trouve les 110 secondes d’explications de M. Bouthillette une insulte à l’intelligence citoyenne, voyons dont, trop petit, trop loin, zone humide par-ci, bécasse par-là, etc. 

Mais, pour les terrains de M. Marcil, qui appartiennent maintenant à la municipalité (pour ceux qui aimeraient mieux se situer, c’est la proposition #3 du mémoire de M. Blais) tout ce que M. Bouthillette a trouvé à dire, c’est un enjeu de sécurité à cause de la circulation automobile sur le rang Doncaster. Moi, comme bien d’autres citoyens, je cherche des solutions pour conserver les deux projets, Spa et école, car les deux sont essentiels pour l’avenir de notre village.

Je voie très bien la piste La belle Étoile, qui pourrait être amélioré en passant par une partie de la piste Les Méandres et, avec la permission des propriétaires des terrains de la Sapinière, on pourrait même aménager un sentier à partir de la fin de la rue de la Sapinière actuelle, pour rejoindre plus directement la piste les Méandres à travers les marais sur des plateformes de bois comme j’ai souvent vue dans de magnifiques parcs canadiens et américains. 

Comme la piste la Belle Étoile arrive directement sur le terrain Marcil, ça donnerait un sentier de 1.5 à 2 km pour se rendre à l’école à partir de la Sapinière. Qui ne rêve pas d’une randonnée de 2 km à vélo ou à pied, et même en ski l’hiver, pour se rendre à l’école à travers bois et marais en observent la faune, et tout ceci sans croiser une automobile.

C’est certain qu’il faudrait négocier avec les propriétaires de la Sapinière, mais je crois sincèrement que ça vaut la peine d’essayer, car ce trajet serait un ajout à tout ce que le Parc offre déjà, et serait un attrait de plus pour le Spa, et toute la population pourrait en bénéficier.  

Voyez-vous, c’est ça chercher des solutions, et je suis certain que d’autres citoyens pourraient en proposer d’autres; ce n’est pas faire ce que le conseil fait présentement, partir d’une solution finale voulue (école sur le site de la Sapinière) et faire le chemin inverse pour essayer de démontrer que c’est la meilleure solution; ce n’est pas très scientifique comme approche, je dirais même que sa frise la malhonnêteté intellectuelle. 

Il y aurait un autre petit souci, présentement, la piste la Belle Étoile est permise seulement l’hiver par le propriétaire du terrain, mais c’est juste une petite partie de la piste qui passe complètement à l’extrémité du dit terrain. Il serait sûrement possible d’acquérir cette très petite partie de terrain de gré à gré ou par expropriation…. 

Une autre insulte à notre intelligence: ils essaient de nous faire croire que les propriétaires peuvent faire leur Spa, car ils ne prennent qu’environ 45,000 mètres carrés pour l’école, mais oui, puis après le PPU, ils vont changer le zonage pour permettre quoi? Ils changent d’idées comme ils changent de chemise; qui peut se fier à une bande de vire-capot de la sorte. Le projet du Spa était un projet intégré, il faudrait peut-être expliquer au Conseil qu’un projet intégré, c’est un projet qui s’intègre sur tout le terrain du promoteur, pas la partie du terrain qu’on veut bien lui laisser après s’être servi à même sa propriété. 

Et le comble de l’insouciance, ils évaluent la partie du terrain pour l’école à $286,000.00; là, j’en profite pour remercier Mme Paquin, car sans son intervention, on n’aurait jamais su le montant, on se serait fait dire, comme pour tout le dossier, on le sait, mais on ne peut pas le dire… ce que je définis comme la transparence opaque de notre conseil! Je ne sais pas s’ils sont sérieux avec ce montant, mais que la réponse soit oui ou non, dans les deux cas, ils sont un danger public pour les finances de notre village. Pas besoin d’être un grand devin pour savoir que lorsqu’on exproprie un terrain, on ne paie pas la valeur de l’évaluation, on paie pour les dommages que le promoteur subit par la perte de son projet avorté à cause de l’expropriation, plus les intérêts, car voyez-vous, ça peut prendre des années avant de savoir le montant que le tribunal va déterminer; et sachez que cette décision est sans appel. Ici, le projet est évalué à $20 millions, faites vos calculs et sortez vos chéquiers. Allez voir votre compte de taxes à l’item « DETTE PARC REGIONAL » prenez ce montant qui est pour l’emprunt de $5 millions sur 40 ans et attentez-vous à voir apparaitre d’ici un à deux ans un nouvel item « DETTE POUR L’ÉCOLE » avec un montant de deux à trois fois que celui pour la dette du Parc.

Là j’entends déjà les réseaux sociaux s’enflammer: « M. Julien est contre la création du Parc , et contre l’école à Val-David», on se calme, je suis très fier de la création du parc, mais je suis contre l’école sur le terrain de la Sapinière, je demeure convaincu qu’il aurait été possible de faire l’école sur un autre terrain.

Comme ce conseil se targue sans limites de son école sur les terrains de la Sapinière; je suggère que sur nos prochains comptes de taxes, on remplace « DETTE POUR L’ÉCOLE » par « LEG DE L’ÉQUIPE KATHY POULIN » de cette façon on sera certain de ne pas les oublier pour les 40 prochaines années.

 De plus, lorsque je vois sur les réseaux sociaux des interventions d’un conseiller qui dit des choses comme : 

« Cher citoyen de Val-David,

 Savez-vous qu’il y a une bande de détracteurs au projet d’école?

Ils sont sournois, calculés et ils tentent d’embrouiller ce legs porteur pour toutes les générations à venir…. » 

J’ai presque le goût de revenir en enfance et répondre : « Celui qu’il dit, c’est celui qu’il l’est »

Blague à part, la première phrase est complètement fausse, on s’acharne à essayer de trouver des solutions pour avoir l’école ET le Spa; pendant qu’eux s’acharnent à détruire le projet du Spa, qu’ils avaient tous encensé il y a 18 mois, c’est indécent et même gênant pour la population, ils nous font honte.

Pour ce qui est de la deuxième phrase de notre cher conseiller, il a très bien défini son Conseil Municipal. Ce n’est pas moi qui l’ai dit! 

Et lorsqu’un autre conseiller écrit :

« Alors que plusieurs municipalités se battent pour conserver les leurs, ici on trouve des gens qui se battent pour empêcher l’établissement d’une nouvelle école qui profitera à des générations d’enfants dans notre municipalité. Manifestez votre support, prenez la parole et dénoncez publiquement ces porte-paroles auto-proclamés qui s’autorisent à parler au nom des citoyens » 

Là, ça dépasse les bornes, j’ai l’impression qu’on est en train de jouer dans un mauvais film où les méthodes électorales du président déchu de nos voisins du sud sont entrain de migrer jusque dans notre village! J’en suis même rendu à me demander si ce conseiller, en plus de ne pas savoir compter, s’il ne sait pas lire?

Comment peut-il dire « ici on trouve des gens qui se battent pour empêcher l’établissement d’une nouvelle école qui profitera à des générations d’enfants dans notre municipalité. », alors qu’on se démène comme des poissons rouges dans l’eau bénite pour trouver des solutions pour conserver les deux projets majeurs, totalisant 50 millions.

Et lorsqu’il dis : « Manifestez votre support, prenez la parole et dénoncez publiquement ces porte-paroles auto-proclamés qui s’autorisent à parler au nom des citoyens », moi, je lui réponds, il existe une solution simple de savoir qui s’autoproclame porte-parole des citoyens; le conseil actuel ou ce groupe de citoyens, ça se nomme un RÉFÉREDUM, et moi, j’en accepterais le résultat avec la satisfaction du devoir accompli selon mes valeurs. La démocratie aurait parlé!

« AVIS, les lignes suivantes contiennent des informations sur la fin de l’intrigue » 

Je vous prédis qu’a l’assemblé du mois de mars, peut-être avril s’il veulent avoir l’air d’avoir tout fait pour en arriver à un arrangement de gré à gré pour l’acquisition des terrains pour l’école, ils vont passer une nouvelle résolution, cette fois avec un petit changement, acquisition par expropriation AVEC prise de possession IMMÉDIATE. Ça mes amis, ça sonne la fin de la récréation et de cette mauvaise pièce de théâtre; la municipalité devient immédiatement propriétaire des terrains et les donne au CSSL pour qu’il construise l’école.

Cela, c’est plus qu’un achat à crédit, c’est un achat à crédit ET à prix indéterminé, c’est merveilleux; tout le monde rêve de cela, surtout lorsque c’est les générations futures qui vont payer.    

Pour conclure, chers concitoyens, il va falloir y penser à deux fois avant de choisir nos représentants en novembre prochain, quatre ans ça peut être très long parfois… 

Par souci d’honnêteté, je tiens à souligner que Mme Paquin du district #6 s’est dissociée du Conseil lors de l’adoption de la résolution pour exproprier une partie des terrains de la Sapinière, je la remercie d’ailleurs.

Partagez nos articles !
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le.